Il n’est pas souvent évident de s’adapter au changement. Surtout que nous avons tellement l’habitude de nos vieilles pratiques qui nous rassuraient tant. Mais, quand ce changement devient nécessaire on n’a plus d’autre choix que de s’y adapter. Le monde dans lequel on vit est en perpétuel évolution et nous challenge à suivre la cadence. C’est pour ça que la seule façon de s’ajuster en permanence est de développer notre capacité à apprendre et à changer.


La gestion du changement qu’est-ce que c’est ?

Le changement est toujours lié à un contexte qui nous fait revoir notre façon de vivre, nous déplacer, de manger ou de travailler. Il ne se résume pas juste à des modifications techniques, logistiques ou comportementales mais aussi à une gestion émotionnelle assez forte pour être prise en compte. Parfois, notre blocage émotionnel nous plonge dans un état de deuil par rapport à la pratique qu’on laisse derrière nous ou à l’outil qu’on n’utilisera plus. Ce blocage nous laisse généralement très inconfortable vis à vis de la situation, ce qui se transforme si on ne fait rien à de l’incompétence. Nous passons cependant agir sur cette transition avec une approche structurée et globale qui est la gestion du changement.


Les leviers de la gestion du changement

Pour réussir sa gestion du changement, il faut s’appuyer sur différents leviers.

  • La communication est très importante dans une gestion du changement. Elle permet de donner de la matière et du sens au changement et ainsi réduire les incertitudes. Il est important d’échanger sur les craintes avec d’autres personnes afin de recueillir des conseils ou des explications.
  • La documentation va homologuer la description de nouveaux principes de fonctionnement tout en formalisant les bonnes pratiques et permettre ainsi d’avoir de nouveaux supports de référence. En effet, il est très difficile d’embrasser le changement si on ne s’informe pas assez dessus.
  • La formation va faciliter l’adaptation à la nouvelle pratique en développant les compétences nécessaires au changement. Ce qui réduira graduellement les dernières résistances et difficultés de perception. Il faut toujours apprendre à utiliser un objet pour le comprendre ou à expérimenter une pratique pour l’adopter.
  • L’implication assure l’engagement dans le changement et permet de faire des ajustements en fonction des retours. Il faut être l’acteur de notre changement pour bien l’expérimenter.

Comme vous l’aurez compris, quand on aborde la gestion du changement, il faut communiquer afin de clarifier le pourquoi du changement. Ensuite, il faut se documenter et se former afin d’agir sur nos inquiétudes et se projeter dans le changement souhaité. Et pour finir, il convient de s’impliquer et être un acteur de notre changement.