La recherche de sens du travail est devenue un sujet important pour les travailleurs. Ils souhaitent de plus en plus comprendre ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Dans un monde où le travail définit un individu, ils veulent un travail qui leur ressemble. Selon une étude menée par Deloitte sur le sujet, la quête de sens est une préoccupation majeure pour 87% des personnes interrogées. De même, selon Brice Teinturier, directeur délégué d’IPSOS France, 90 % des salariés jugent essentiel que l’entreprise donne un sens à leur travail. Après le burn-out, les entreprises sont face à un nouveau problème d’envergure et elles en sont bien conscientes. Nous allons voir comment les relations des travailleurs avec le travail ont évolué. Essayer de définir ce qu’est le sens du travail. Comprendre quel est le rôle de l’entreprise dans tout ça. Et donner des astuces pour donner du sens au travail.

 

1.Qu’est-ce que la quête de sens du travail ?

 

a) L’évolution du rapport du travailleur avec le travail

Au fil de l’évolution de l’humanité, le rapport de celle-ci avec le travail a aussi grandement évolué. Au départ, le travail était une nécessité pour les humains. Travailler procurait de la sécurité et les humains étaient esclaves du travail. Le pouvoir se trouvait généralement du côté des patrons. On peut faire ce constat avec le taylorisme ou la méthode Ford. Les travailleurs étaient soumis à leur entreprise.

Mais depuis quelques décennies déjà, on peut ressentir que le pouvoir est en train de changer de mains. On assiste à une forte désacralisation du travail. Le travailleur ne veut plus seulement être défini par son travail. Il veut être plus flexible et veut contrôler sa vie professionnelle lui-même. Bien qu’il reste un marqueur social important dans nos sociétés, l’individu ne veut plus faire n’importe quoi pour n’importe quel prix et commence ainsi à se poser des questions sur son apport réel dans ce monde.

La psychologue Françoise Bonnal dira d’ailleurs à ce sujet « À défaut de changer le monde, l’individu d’aujourd’hui s’efforce d’être quelqu’un de bien ». D’ailleurs les travailleurs d’aujourd’hui s’engagent beaucoup moins sur le long terme avec des entreprises qu’avant. Avant, une personne pouvait faire toute sa carrière dans la même entreprise tant que celle-ci lui proposait un salaire décent. Aujourd’hui, les travailleurs sont capables de refuser un plus grand salaire pour une plus grande flexibilité. Ils ont de plus en plus envie de donner du sens au travail et à ce qu’ils font. Une étude menée par The Evolution of Work vient d’ailleurs appuyer ce propos. Selon celle-ci, 82% des personnes actives préfèreraient définir eux-mêmes leurs horaires de travail. De plus 95 % affirmeraient pouvoir travailler de partout dans le monde.

 

b) La quête de sens du travail

Dans son livre « Le brown-out : quand le travail n’a plus aucun sens », le docteur François Baumann définissait le Brown-out comme l’expression d’un malaise subit suite au développement de l’incompréhension de son rôle au sein de l’entreprise. Selon lui, il s’agirait de la perte de motivation et de la recherche de sens au travail. Cette définition se rapproche énormément de l’état d’esprit d’un travailleur en quête de donner du sens au travail.

Il est facile de détecter les symptômes d’un début de brown-out. Un télétravailleur n’ayant plus d’intérêt pour son travail est susceptible d’être dans cette situation. Ou encore quand il trouve de plus en plus facilement des excuses pour ne pas aller au travail. Quand le travailleur est en proie à ce sentiment, il devient plus compliqué pour lui de s’appliquer. Il ne se presse même plus pour effectuer ses tâches.

 

2. Ce qu’il faut faire pour donner du sens au travail

 

a) Au niveau du télétravailleur

Ce problème concerne généralement l’entreprise comme l’employé. Et selon le rapport de l’étude menée par Deloitte sur la quête de sens au travail, 39 % des personnes interrogés pensent que c’est à l’employé de faire quelque chose contre ce problème. Tandis que 49% pensent que c’est un problème qui concerne tout le monde. De même, 63% pensent que c’est aux manager de donner du sens aux missions contre 85% qui pensent que le travail à le sens que chacun lui donne.

Pour donner du sens au travail, il faut que le télétravailleur valorise son travail. Cette démarche lui permettra d’augmenter l’estime qu’il a de sa fonction et de lui-même. Il doit chercher à se nourrir de la finalité de son travail et non de ce qu’est son travail. Par exemple, une personne sensée faire le nettoyage dans une école ne devrait pas seulement se dire qu’elle fait juste du nettoyage. Elle participe à l’épanouissement des enfants qui sont le futur de demain. Le fait de trouver leur salle de classe propre leur met dans des dispositions excellentes pour travailler paisiblement. L’apport de cette personne est plus important qu’elle ne le pense si elle ne voyait pas encore la finalité de sa tâche.

 

b) Au niveau de l’entreprise

Il est intéressant de remarquer qu’aujourd’hui, les entreprises ont toutes ou presque toutes une image à vendre tout d’abord à ses employés ou futurs employés avant de s’adresser à ses clients.

Nous pouvons prendre l’exemple de Google par exemple qui valorise grandement ses employés. Que ce soit en leur donnant un cadre de travail confortable pour leur permettre plus facilement d’atteindre leurs objectifs. Que par ses programmes permettant à leurs salariés de pouvoir avoir du temps pour travailler sur leur propre projet qu’ils pourront présenter par la suite à Google. Les entreprises ont bien compris ce qui se passe et ne sont donc pas en reste.

Pour donner du sens au travail, les entreprises pourraient également valoriser le travail de ses employés avec des félicitations quand le travail est bien fait. Il ne faut pas seulement faire de feedback quand c’est négatif. Il ne faut pas hésiter à encourager ses employés. Elles pourraient également opter pour un management libéré. Quand un travail ressent qu’il a la confiance de son entreprise, il est beaucoup plus impliqué.